Composition des larmes


Nous avons décidé de réaliser des tests pour comparer la composition des larmes et celle du sérum physiologique. Pour cela nous nous sommes munis d'un flacon de sérum et de toute la verrerie nécessaire, sans oublier un conductimètre. Mais il nous manquait l'essentiel : des larmes. Comment se procurer des larmes ?

Après réflexion, nous avons décidé qu'il faudrait éplucher un oignon et essayer de récupérer nos larmes. Nous avons donc prit un oignon et nous avons commencé notre quête de larmes. Et cela a fonctionné, nous avons récupéré quelques larmes. Voila, nous avons enfin tout ce qu'il nous fallait.

Nous avons fait une série de tests pour comparer la composition des larmes avec celle du sérum physiologique.

 



* Tout d'abord, nous avons mis une larmes dans une boite de pétrie et du sérum physiologique dans un bécher. Nous avons ajouté du sulfate de cuivre anhydre (Cu²+ + SO4²-).
Observations : Les deux substances deviennent bleues.
Conclusion : Il y a de l’eau dans les deux solutions étudiées.




* Ensuite, nous avons versé dans un bécher du sérum et dans une boite de pétrie une larme. Nous avons ajouté un peu de nitrate d’argent (Ag+ NO3-) dans les deux solutions.
Observations : Nous constatons l'appartition d'un précipité blanc. (Il y a donc une réaction entre des ions Cl- et Ag+).
Conclusion : Il y a des ions chlorures dans les larmes et le sérum physiologique.

 

* Pour finir, nous avons mis sur une tige métallique des larmes et sur une autre du sérum physiologique. Nous approchons les tiges l'une après l'autre près d’un bec bunsen (qui produit une flamme bleu).
Observations : Dans les deux cas, la flamme devient jaune.
Conclusion : Dans les deux solutions il y a des ions sodium.

 


Nous concluons donc que le sérum physiologique et les larmes ont une composition similaire.

 

Alexandra, Maud et Clémence.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×